Archives de catégorie : Observatoire

Equipement, modifications, entretien de l’observatoire

Suite de la soirée du 21 septembre

Pour retrouver l’historique de l’extraordinaire mission Cassini-Huygens depuis son lancement en 1997, voici une chronologie.

Depuis son lancement en 1997, la mission Cassini-Huygens a connu bien des succès. © Nasa/JPL/Space Science Institute

Retrouvez la chronologie complète de la mission Cassini-Huygens sur le site de la Nasa.

  • 15 octobre 1997, lancement de la sonde par une fusée titan 4-B Centaur depuis Cap Canaveral à 08 h 43 TU.
  • 09 novembre 1997, première correction de trajectoire.
  • 27 mars 1998, la sonde Cassini-Huygens est au périhélie à 0,67 UA du soleil.
  • 26 avril 1998survol de Vénus à 284 km de la surface (première assistance gravitationnelle.) Cassini se trouve à 136 millions de km de la Terre. Gain de vitesse 7 km/s, (accélération de 26.000 km/h) vitesse obtenue 39 km/s (141.000 km/h).
  • 03 décembre 1998, correction de trajectoire, la sonde se trouve alors à l’aphélie légèrement au-delà de l’orbite de Mars, le moteur principal est allumé pendant 90 mn pour freiner la vitesse de 450 m/s. Sa vitesse par rapport au Soleil passe de 67.860 km/h à 66.240 km/h. Le but de cette manœuvre est de placer Cassini sur une trajectoire qui la ramène vers Vénus.
  • 04 février 1999, le moteur principal du vaisseau est mis à feu pendant 2 mn pour effectuer une correction de trajectoire.
  • 18 mai 1999, 6e correction de trajectoire, la sonde est de retour à l’intérieur de l’orbite terrestre.
  • 24 juin 1999, survol de Vénus à 20 h 30 TU à 598 km au-dessus de sa surface pour assistance gravitationnelle, vitesse 13,6 km/s (48.960 km/h).
Un jet passe sur l'hémisphère nord de Saturne (vue en fausses couleurs). © Nasa/JPL-Caltech/SSI
  • 29 juin 1999, la sonde Cassini-Huygens est au périhélie à 0,72 UA du soleil.
  • 18 août 1999, après avoir fait deux fois le tour du soleil, La sonde frôle la Terre à 1.171 km d’altitude à 03 h 28 TU au-dessus du Sud-est pacifique. Quatre corrections de trajectoire ont été effectuées successivement les 04 et 19 juillet ainsi que les 02 et 11 août pour amener Cassini à survoler notre planète à la bonne distance. À cette occasion, elle mesure son champ magnétiqueet prend des photographies de la Lune. Cette assistance gravitationnelle lui octroie une vitesse maximale de 19,1 km/s soit 68.760 km/h (gain de 5,5 km/s).
  • 31 août 1999, correction de trajectoire, 72 s de combustion.
  • 17 décembre 1999, Cassini entre dans la ceinture principale d’astéroïdes après avoir parcouru près de 2 milliards de km. Elle est la septième sonde à traverser cette ceinture.
  • 23 janvier 2000, à 09 h 35 TU la sonde passe à 1,5 million de km de l’astéroïde 2685 Masursky, elle en profite pour le photographier et mesurer sa taille (diamètre compris entre 15 et 20 km) et son albédo à l’aide de trois de ses instruments.
  • 15 avril 2000, la sonde sort de la ceinture d’astéroïdes.
  • 14 juin 2000, le moteur principal est mis à feu durant moins de 6 s, cette 14e correction de trajectoire est effectuée en prévision de l’observation du satellite Phoebé en juin 2004.
  • 04 octobre 2000, à 15 h 26 TU la première image noir et blanc de Jupiter est prise à une distance de 84,1 millions de km de la planète. Les plus petits détails font 500 km.
  • 10 octobre 2000, première image couleur de Jupiter.
  • 30 décembre 2000, passage au large de Jupiter, à 03 h 00 TU à 9.721 millions de km, manœuvre d’assistance gravitationnelle. Cassini en profite pour faire de nombreuses observations du système jovien et ce jusqu’à fin mars 2001. Elle réalise notamment des images en haute résolution des nuages et des ouragans de la planète géante et étudie sa magnétosphère. Pour la première fois les effets du vent solaire sont observés. La sonde obtient alors sa plus forte accélération, vitesse acquise 47 km/s (169.200 km/h).
Le pôle sud de Jupiter comme on ne l'avait jamais vu. L'image est une mosaïque de photographies prises par la sonde Cassini les 11 et 12 décembre 2000. Un point de vue indédit. On remarque la Grande tache rouge. © Nasa, JPL, Caltech
  • 28 février 2001, 17e correction de trajectoire, le moteur principal est mis à feu pendant 5,4 s pour affiner la trajectoire résultant de la manœuvre du 30 décembre dernier.
  • Avril 2002, l’allumage du moteur principal pendant 9,8 s corrige la trajectoire de Cassini-Huygens qui se trouve à 3 milliards de km de la Terre.
  • 01 novembre 2002, une première image de Saturne est prise par la caméra de la sonde à 285 millions de km de la planète géante.
  • Février 2004, début des observations de Saturne à 70 millions de km de la planète.
  • 11 juin 2004, survol de Phoebé à 2.000 km d’altitude.
  • 01 juillet 2004, après avoir parcouru 3,2 milliards de km durant 6 ans et 8 mois ½, la sonde arrive à destination et se place en orbite d’insertion autour de Saturne. Elle passe au plus près de la planète géante à 60.330 km, vitesse d’approche 5,2 km/s (18 720 km/h). Premières images.
  • 02 juillet 2004, passe au large de Titan à la distance de 339.000 km, début de l’étude rapprochée du satellite jusqu’en février 2005.
  • 27 août 2004, Cassini passe à l’apogée de Saturne à 9 millions de km de la planète.
  • 26 octobre 2004, premier survol rapproché de Titan et premières images; voir cette actualité (images de Titan et de son atmosphère).
14 janvier 2005, Titan, 16 km au-dessus de la surface. Le module Huygens est en train de descendre sous parachutes. Cette image montre un réseau de rivières et de fleuves, alimentant des lacs, voire des mers. Ce n'est pas de l'eau (il fait -180° au sol), mais du méthane (plutôt que de l'éthane, la question se posait avant cette exploration). Les astronomes sont surpris. « On n'y comprend rien » dira André Brahic, présent à une soirée publique à la Cité des sciences et de l'industrie au moment de l'arrivée de ces images, en direct et en public. © JPL, ESA
  • 24 décembre 2004, le module Huygens se détache de Cassini et se dirige vers Titan.
  • 14 janvier 2005, Huygens plonge dans l’atmosphère de Titan. La journée est historique. Durant toute la descente, de plus de deux heures et demie, plusieurs instruments mesurent la température, analysent l’atmosphère et prennent des photographies. Sur les deux canaux de transmission radio (A et B), l’un (le A) n’a malheureusement pas été activé. Les données de l’expérience de mesure des vents sont perdues. Pour les autres, la redondance sur les deux canaux permet de sauver suffisamment d’informations. Sur les 700 photos prises, 350 seront reçues sur Terre et comme elles étaient expédiées alternativement sur l’un et l’autre des canaux, le suivi de la descente est complet, même s’il manque une image sur deux.
  • 14 janvier 2005, la découverte d’un réseau fluvial avec de grandes étendues que l’on peut qualifier de lacs, sinon de mer, est une surprise. Les analyses montreront qu’il s’agit de méthane.
  • 14 janvier 2005, la première image de la surface de Titan parvient à Darmstadt, au centre de contrôle de l’ESA. Huygens s’est posé en douceur sur une surface meuble, mais suffisamment solide pour qu’il ne s’enfonce pas.
L'image monochrome, légendée, du sol de Titan, là où s'est posé Huygens. Les « cailloux », numérotés pour les besoins de l'étude, sont en fait des glaçons d'eau. © JPL, ESA
  • 31 juillet 2008, confirmation de la présence d’hydrocarbures liquides dans les lacs de Titan.
  • juin 2008, la première mission de Cassini est terminée, la deuxième commence, la mission Équinoxe.
  • septembre 2010, début de la mission Solstice. Observation de Saturne au moment du solstice d’été dans l’hémisphère sud. 155 orbites seront réalisées autour de la planète.
  • 17 octobre 2012, Cassini, alignée avec l’axe Soleil-Satunre, prend une superbe image en contre-jour montrant la planète et ses anneaux.
  • en décembre 2013, Cassini survole de nouveau le pôle nord de Saturne et y observe de nouveau l’immense structure hexagonale, mal expliquée, et qui semble étonnamment stable.
  • 2015 : entre avril et décembre, Cassini s’approche trois fois d’Encelade, lune glacée de 500 km de diamètre. En avril, elle permet la découverte de geysers s’échappant de la région polaire sud. La mission est modifiée pour assurer plusieurs autres survols. Le 28 octobre, la sonde la survole à seulement 49 km et traverse ces panaches : ils sont constitués essentiellement d’eau salée et contiennent des molécules organiques (faites de carbone, donc). La découverte démontre l’existence d’eau liquide sous la surface gelée, ce qui suppose, avec la présence de geysers, une activité surprenante au sein d’un corps aussi petit. Les exobiologistes commencent alors à s’intéresser à Encelade.
Animation de la traversée des anneaux réalisée avec 21 photographies prises par la caméra à grand angle de Cassini le 20 août 2017. © JPL, Nasa
  • avril 2017 : le « Grand Final » (« Grande Finale » en anglais), un superbe bonus après vingt ans dans l’espace. Saturne est à son solstice d’été de l’hémisphère nord. La sonde est à bout de carburant. Il ne reste plus qu’à la plonger dans l’atmosphère pour éviter le risque d’un crash sur un satellite comme Encelade ou Titan, ce qui polluerait l’endroit et pourrait compromettre de futures recherches de traces de vie ou de chimie prébiotique. La mission est finie… mais non. Car il reste encore un peu d’hydrazine pour une ultime exploration. La sonde, en s’aidant encore une fois de Titan, va resserrer ses orbites autour de Saturne et passer 22 fois entre la géante gazeuse et ses anneaux.
  • 15 septembre 2017, à la suite du 127e et dernier survol de Titan, Cassini est entrée sur une trajectoire de collision avec Saturne. La sonde commence à pénétrer dans la haute atmosphère à 35 km/s, son antenne dirigée vers la Terre pour envoyer les dernières mesures et les dernières images. Environ une minute environ plus tard (soit environ 1.500 km), ses émissions cessent. Elle a commencé à se désintegrer dans l’atmosphère et fait désormais partie de Saturne. La mission Cassini est terminée.

Remerciements à Gilbert Javaux de PGJ pour cette chronologie détaillée.

Pour aller plus loin sur la mission Cassini-Huygens, parcourez les sites indiqués.

une petite vidéo de l’occultation d aldébaran en accéléré 14 minutes

 

 

W Orionis, étoiles carbonée, la première du genre à être trouvée, brille comme un petit bijou dans le ciel sombre à sept degrés à l’ouest de la ceinture d’Orion. Avec une luminosité qui pourrait être supérieure à 20.000 soleils, l’étoile, plus grande que l’orbite de la Terre, n’a pas longtemps à vivre avant de devenir, après refroidissement, une naine blanche dense. W Orionis a atteint sa coloration maximale.
La Lune occulte l’étoile Aldébaran le 5 de 23 heures 30 à 0 heures 07. La Lune toujours, s’éclipse subtilement le 11.
Jupiter et la Lune sont en conjonction non loin de Spica le 15. Un fin croissant de Lune s’approche de Saturne le 21.
Le soleil s’éclipse le 26.
Et Mars et Uranus passent à un demi-degré l’un de l’autre le 27.

Art et Astronomie

De tout temps Art et Astronomie ont trouvé des sources communes d’inspiration:

Les poètes aiment raconter le ciel:

« Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse »
(
Charles Baudelaire, Tristesses de la Lune)

« Andromède étincelle, Orion resplendit ;L’essaim prodigieux des Pléiades grandit ;Sirius ouvre son cratère ;Arcturus, oiseau d’or, scintille dans son nid ;Le Scorpion hideux fait cabrer au zénithLe poitrail bleu du Sagittaire. »

(Victor Hugo, La légende des siècles).

Les romanciers, imaginent des voyages cosmiques: “… on sait de la Lune tout ce que les sciences mathématiques, l’astronomie, la géologie, l’optique peuvent en apprendre ; mais jusqu’ici il n’a jamais été établi de communication directe avec elle.” (Jules Verne, De la Terre à la Lune)

Les astronomes se mettent souvent à écrire après avoir observé le ciel: “L´univers est infini. L´espace est sans bornes. Si, entraînés par notre amour pour le ciel, nous avions la fantaisie et surtout le moyen d´entreprendre un voyage qui aurait pour terme la limite des cieux, nous serions surpris, en arrivant aux confins de la Voie Lactée, de voir se renouveler, devant nos yeux éblouis, le spectacle grandiose et phénoménal d´un univers nouveau;”
(Camille Flammarion, La Contemplation du ciel)

Les peintres traduisent leurs émotions devant un ciel étoilé :

560px-Van_Gogh_-_Starry_Night_-_Google_Art_Project
(Van Gogh, La Nuit Etoilée)

C’est l’histoire d’un meuble que la façade pâle et uniforme ne prédestinait pas à siéger dans la salle de conférence d’un observatoire d’astrophysique. 

2015-05-09 17.24.49

Et puis, Anne Wendling passa par là, et le ciel s’appropria le dit meuble :

IMG_4592

IMG_4589

IMG_4590
(N’hésitez pas à cliquer sur les images pour admirer le travail de l’artiste)

Si vous ne connaissez pas (encore) Anne Wendling (membre du Club Antarès et auteur de la couverture de la nouvelle Voix d’Antarès) allez visiter son site, cela en vaut la peine !

20150619_152748
(Anne au travail)

Et puis, lorsque vous viendrez visiter l’observatoire, arrêtez-vous devant ce meuble pour admirer cette fresque magnifique. Si au bout d’un moment vous voyez les constellations tourner comme prises d’un vertige cosmique, ne vous inquiétez pas, les artistes savent aussi rendre les choses vivantes !

jp

 

Intense activité à l’observatoire !

En ce début mai, les activités de remise en état de l observatoire s’intensifient:

Remise en état des coupoles Est et Ouest:

IMG_4439_lowres2015-05-09 17.09.33

Propreté des locaux (merci Nadège !)

IMG_4447_lowres

– Le 11 mai, réunion du bureau pour préparer l’AG du mercredi 13 mai à 20h et aussi les demandes de suvbvention et les travaux à venir. Et puis.. c’était aussi l’anniversaire de Georges!

IMG_4449_lowres

Réaménagement de la salle de conférence:

2015-05-09 17.24.49

Remise en état des télescopes de la terrasse: les trois abris sont à nouveau équipés et fonctionnels. Quel plaisir de voir ces bons vieux télescopes fonctionner comme au premier jour après plus de 50 années de services. Ça, au moins c’était de la construction !!!

IMG_4448_lowresIMG_4438_lowres2015-05-12 17.36.212015-05-12 17.36.422015-05-12 17.50.31

Visite de Werner Forster, notre plus ancien et plus fidèle membre, le 12 mai: Werner, observateur avisé,  a été de toutes les aventures du club, de l’éclipse de soleil de 1961 à celle de 1973 en Mauritanie, et a participé au développement de nombre d’instruments. Le bureau lui a remis un diplôme en remerciement de ses nombreuses années de fidélité sans interruption.

2015-05-12 16.10.28

En résumé, comme dit le président:
« le club avance, l’ambiance est bonne, c’est parfait, on continue ! »

Prochain rendez-vous:
Assemblée de tous les membres
Mercredi 13 mai à 20h à l’observatoire
Venez nombreux !

jp

President

25 avril 2015

Bonjour à tous,

Dès l’élection d’un nouveau bureau, lors de l’Assemblée Générale extraordinaire du 9 Mars dernier,  la mise en oeuvre du plan de  relance de l’activité de l’observatoire a immédiatement commencé. En quelques mois, les travaux les plus divers ont été entrepris grâce à l’enthousiasme et au dévouement des quelques 25 membres qui constituent à ce jour la force vive de l’association. Je suis fier et heureux de ce qui a été accompli en si peu de temps !

– Restauration de la trappe de la coupole Ouest:

P10303822015-04-25 17.58.14 2015-04-25 17.56.14

Gilles TREDICI et Georges RAVET viennent d’achever le remplacement de la nouvelle trappe pour la coupole Ouest;  celle-ci offre désormais les garanties de sécurité indispensables pour accueillir du public ou simplement les membres de notre Club.

– Remise en service des télescopes de la terrasse

P1030268

A ce jour, les abris de la terrasse d’observation ont été re-équipés avec:

  • Le Celestron 8 sous l’abri n°1
  • Le Starfinder 200 mm sous l’abri n°3.
  • Le télescope Texereau de 210 mm sous l’abri n°5 doit être remis en service prochainement. Il faut réinstaller le miroir diagonal, ce qui devrait se faire courant Mai.

Nous disposons donc actuellement de deux télescopes fonctionnels pour observer.

– Rangement de l’atelier de mécanique

L’atelier de mécanique, élément indispensable au bon fonctionnement de l’observatoire,  a été nettoyé, et rangé. Les éléments devenus obsolètes et sans intérêt ont été emmenés à la déchetterie. Merci à Jean Michel, Bernard PHILIPPE pour ce travail et à Rosita pour les nombreux voyages effectués à la déchetterie. Je tiens à remercier Madame GARBEROGLIO pour l’outillage dont elle a fait don à l’observatoire. 

– Réparation des volets roulants de l’observatoire et nettoyage des locaux

Encore un grand bravo à Jean Michel qui a réparé le volet roulant de l’atelier d’optique ainsi que ceux de la salle de conférences et à Bernard Philippe pour le nettoyage des vitres de l’observatoire.

– Remise en marche des horloges Temps Universel et Temps Sidéral

P1030264

Les deux magnifiques horloges de l’observatoire situées dans le hall de l’observatoire ont été remises en marche avec succès après plusieurs années d’arrêt.

– Restauration de la barrière de la terrasse de l’observatoire

2015-04-18 17.01.45 (1)

Christian PARENA a contacté les services techniques qui sont d’accord pour nous fournir la peinture nécessaire. Nous les remercions de leur aide et assurerons la main d’œuvre pour ce travail. A ce sujet, l’aide de tous les membres est souhaitable (il y a 96 mètres linéaires de rambarde à traiter!).

– Restauration des abris de la terrasse

P1030272

Je tiens à souligner l’aide précieuse de Nicolas BARCELO pour sa préparation à la dernière éclipse partielle de Soleil et pour son travail de consolidation et d’étanchéité des abris de télescope sur la terrasse.

– Remise à niveau de l’équipement informatique de l’observatoire.

C’était l’un des grands travaux indispensables. Les ordinateurs de l’observatoire dataient de plusieurs années, et étaient complètement obsolètes. Un grand merci à Christophe et Robin ALIBERT qui ont fait don d’un ordinateur portable récent ainsi qu’à Ilan LECOQ qui a fait don d’une imprimante-scanner 3 en 1. La modernisation du parc va se poursuivre en fonction de nos finances.

– Résultat de la réunion du 17 Avril avec les associations de la Seyne sur Mer.

Suite à cette réunion, la mairie de la Seyne sur Mer nous a proposé de monter un dossier d’aide exceptionnelle de subvention pour nous aider. Nous apprécions d’autant plus cette aide que nos finances actuelle sont assez basses et nous permettent uniquement de fonctionner.

– Numérisation des archives photographiques et des documents administratifs de l’observatoire.

Compte-tenu de mon éloignement temporaire de La Seyne , J’ai entrepris des travaux qui ne nécessitent pas d’être sur place comme la numérisation des plaques photographiques  de l’observatoire prises de 1958 à 1998, soit environ 1400 plaques ! Tous les documents associés ainsi tout ce qui se trouvait sur les ordinateurs de l’observatoire a également été regroupé pour être accessible par tous. Les registres de l’atelier d’optique contenant le détail de tous les travaux d’optique réalisés principalement par Jean PINSON et d’autre personnes, et qui font partie du patrimoine du club, ont également été numérisés.

– Construction d’un appareil de Foucault pour l’atelier d’optique.

Appareil de Foucault - vue latérale_lowres

A l’atelier d’optique, nous avons constaté la disparition de l’appareil de Foucault et des supports de miroir qui nous servaient au contrôle lors de la fabrication de nos miroirs par des personnes malveillantes. J’ai donc entrepris de reconstruire un nouvel appareil de Foucault qui nous servira à  recontrôler nos miroirs et à en fabriquer d’autres lorsque la reprise des activités de l’atelier d’optique sera effective (courant 2017 quand votre président sera à la retraite et redescendu dans le Sud).

– Remise en état des toilettes de l’observatoire

Merci à Daniel Richard et Mohammed BOUHADJJAR qui ont mené à bien ce travail également indispensable pour le bon fonctionnement de l’observatoire.

En conclusion,

Comme il l’a toujours fait, le Club Antarès en relançant l’activité astronomique qu’il a développé pendant de nombreuses décennies auparavant, a le cœur et la volonté de regrouper les talents de personnes d’origine et de culture différentes pour faire fonctionner un service de vulgarisation astronomique de qualité à la disposition de tous et en particulier des habitants de la commune de La Seyne sur Mer et des alentours. Mais pour fonctionner comme il faut, en plus de la volonté des bénévoles de l’association, il est indispensable de disposer de ressources financières pour l’entretien du matériel de l’observatoire et le remplacement du matériel qui devient désuet ou qui tombe en panne au fil des années. L’activité faible de ces dernières années à l’observatoire est la raison pour laquelle l’entretien permanent de ce matériel a été quelque peu négligé, et c’est aussi pour cela qu’un effort important dans ce sens est aujourd’hui nécessaire. Nous comptons beaucoup sur les différentes subventions que nous pourrons obtenir pour relancer et retrouver le niveau d’activité que l’observatoire proposait jadis pour le plus grand bénéfice de tous.

Nous sommes cependant conscients des difficultés engendrées par la restriction budgétaire imposée par l’état aux communes. Cette restriction va se traduire par des réductions drastiques des subventions. De ce fait, chaque association devra élaborer un dossier qui devra fédérer et convaincre les voix des élus pour faire attribuer la subvention à son club. Soyons fidèles à nos actions de vulgarisation de l’astronomie auprès des enfants et des adultes. Soyons innovants en imaginant d’autres formules de vulgarisation auprès de la population et soyons un membre participant de la vie associative. C’est dans cet esprit que l’avenir proche du club est à envisager.

Le  Président

Bernard CANDELA