Article mis en avant

PROCHAINES SOIREES PUBLIQUES

Le Club Antarès participera au Forum des associations qui aura lieu samedi 8 Septembre au complexe Langevin à La Seyne sur Mer

————————————————————————————————————————————–

Samedi 15 Septembre à partir de 20 h 30, soirée publique avec les télescopes de l’observatoire. Observations des objets célestes visibles, Saturne, Mars, nébuleuses et galaxies.

Participation:

Adultes : 4 €
Enfants (moins de 12 ans) : 2,50 €

Observation des satellites de Mars

Avez-vous déjà vu les lunes de Mars, Phobos et Deimos, dans votre télescope ? Pour une brève fenêtre de Juin 2018 à Septembre 2018, les conditions pour apercevoir les satellites sont relativement bonnes. Mais vous aurez besoin d’un télescope d’au moins 280 mm, et ne vous attendez pas à une observation facile !
Vos chances de succès augmentent d’autant plus que vous observerez au voisinage du 31 Juillet – la date de l’approche la plus proche de Mars par rapport à la Terre. Deimos est alors aussi brillant que la magnitude 12,8, et Phobos est encore plus brillant à 11,7. L’une ou l’autre lune serait un jeu d’enfant à repérer dans un télescope de 6 pouces si seulement Mars brillant n’était pas si proche d’eux dans le ciel.
Il est toujours préférable d’essayer de voir les lunes au voisinage de leur élongation orientale ou occidentale (séparation maximale) par rapport à la planète. À ces moments, Deimos peut être trouvé à trois diamètres de Mars du limbe de la planète, et Phobos un diamètre du limbe. Phobos est physiquement plus grand et plus brillant que Deimos, mais Mars le surclasse encore 200 000 fois, ce qui rend la lune intérieure beaucoup plus difficile à discerner.
Malheureusement, l’astuce des premiers observateurs de mettre Mars juste en dehors du champ de vision ne fonctionne pas bien avec les oculaires d’aujourd’hui, qui ont des champs apparents beaucoup plus larges que ceux d’antan. Les lunes elles-mêmes seraient loin sur le côté, près du même bord du champ qui cache Mars. Ce que vous voulez vraiment, c’est que Mars soit près du centre du champ mais caché derrière une petite obstruction, ne laissant que les lunes en vue. Cela peut être fait avec une barre d’occultation qui s’étend au moins à mi-chemin dans le champ, ou même complètement à travers lui.

Un oculaire avec une barre d’occultation n’est pas facilement disponible dans le commerce, de sorte que vous avez besoin d’une barre comme modification temporaire d’un oculaire normal. Une bande étroite de feuille d’aluminium fonctionne bien, tout comme une bande de filtre de gélatine Wratten bleu foncé ou violet.

Autant que nous sachions, vous ne pouvez pas acheter une barre occultante. Mais une barre temporaire est facile à concevoir à partir d’un morceau de fil ou d’une bande étroite de papier d’aluminium. La plupart des oculaires ont un diaphragme de champ – une bague métallique circulaire – au niveau du plan focal. Le bord intérieur de l’anneau est le bord du champ de vision de l’oculaire.

Comme Phobos et Deimos se trouvent à peu près à l’est ou à l’ouest de Mars à leur plus grande élongation, tournez l’oculaire de sorte que votre barre d’occultation maison soit approximativement alignée nord-sud. Ensuite, essayez de repérer les lunes sombres dans la lueur de fond de la planète. Ici, ils sont tous deux à gauche de la barre, au centre.

L’idée consiste à attacher votre barre d’occultation sur le diaphragme de champ (un peu de scotch fait l’affaire), puis, pendant que vous regardez dans l’oculaire, poussez la barre d’occultation avec une pointe pointue. Une barre floue n’est pas bonne pour cacher Mars.
Dans le télescope, puisque les lunes se trouvent plus ou moins à l’est ou à l’ouest de Mars à leur plus grande élongation, tournez l’oculaire de sorte que la barre soit orientée du nord au sud.
« J’ai trouvé qu’un filtre de gélatine Wratten bleu foncé ou violet fonctionne aussi bien, sinon mieux », écrit Stephen James O’Meara. « Coupez le filtre en une forme semi-circulaire et placez-le dans le plan focal de l’oculaire pour masquer la moitié du champ de vision. Puisque Mars brillera faiblement à travers ce masque, vous pourrez juger plus facilement de la distance et de la direction de la planète. Il est également plus facile de garder la planète derrière le masque, surtout si le télescope a un entraînement imparfait ou inexistant.  »

Le 29 août 2003, à 17 h 39, TU, l’astrophotographe James McGaha de l’Arizona a capturé ces images de Mars et de ses minuscules lunes Phobos et Deimos en utilisant une webcam ToUcam sur un réflecteur de 0,9 mètre (36 po) au sommet de Kitt Peak. Pour capturer les faibles lunes, McGaha a dû surexposer la planète (à gauche), donc il a fait un composite (à droite) pour bien montrer les trois objets

Tous les observateurs conviennent qu’un grossissement élevé, une excellente vision et une optique propre sont essentiels pour apercevoir les lunes. Mais un oculaire de grande puissance possède les plus petites lentilles et autres pièces, ce qui complique grandement l’installation d’une barre occultante faite maison. Une option plus facile consiste à ajouter une barre à un oculaire de faible puissance, puis à l’associer avec une lentille de Barlow pour augmenter le grossissement.

Adapté et traduit à partir d’un article de Sky & Telescope de 2003.

La Station météo du Club Antarès est de nouveau en ligne sur Internet

L’URL de la station météo a changé. Ses données sont mises à jour toutes les minutes . Elle est disponible 24 h / 24 7/7.
Vous pouvez y accéder en cliquant sur l’URL suivant :

http://meteo-antares.xyz/Main.html

Diverses nouvelles pages. avec des cadrans, et des onglets vous permettent de savoir le temps qu’il fait à La Seyne sur Mer ainsi que les extrêmes qui ont été enregistrés. Et surtout allez voir la mine d’informations disponible en cliquant sur l’onglet Extras et son menu Plugins

 

Recherche animateurs astronomie

Le club Antarès recherche des animateurs bénévoles pour animations de soirées d’observation. Une connaissance de base de l’astronomie est nécessaire. La formation pour utiliser les télescopes de l’observatoire sera assurée. Une connaissance de l’informatique et du logiciel PowerPoint est souhaitable. Adresser votre candidature à observatoire.antares@free.fr

Inauguration de la nouvelle coupole

La nouvelle coupole est donc équipée d’un telescope de 280 mm,
couplé à une CCD, pour les futures observations et mesures d’étoiles doubles et autres.

Les élus et les membres du club devant la nouvelle coupole.

 

La nouvelle coupole du Club Antarès

La nouvelle coupole de 2,30 m de diamètre a été installée sur la terrasse de l’observatoire. Elle abritera un télescope C11 de 280 mm de diamètre et elle servira pour les travaux scientifiques du Club. Elle devrait entrer en fonction début Novembre.

Les membres  du club pendant l’installation de la coupole supervisée par l’ingénieur Marvelle (en noir sur la photo).

Le trou noir le plus lointain

Les scientifiques ont découvert une relique rare de l’univers primitif: le trou noir supermassif le plus connu. Cette bête mangeuse de matière est 800 millions de fois la masse de notre Soleil, qui est étonnamment grande pour son jeune âge. Les chercheurs rapportent la découverte dans la revue Nature.
« Ce trou noir est devenu beaucoup plus grand que prévu dans seulement 690 millions d’années après le Big Bang, qui remet en question nos théories sur la formation des trous noirs », a déclaré le co-auteur Daniel Stern du Jet Propulsion Laboratory à Pasadena en Californie.
Les astronomes ont combiné les données du WISE (Wide-field Infrared Survey Explorer) de la NASA avec des enquêtes au sol pour identifier des objets lointains potentiels à étudier, puis ont suivi les télescopes Magellan de Carnegie Observatories au Chili. L’astronome Carnegie, Eduardo Bañados, a dirigé l’effort pour identifier les candidats parmi les centaines de millions d’objets que WISE a trouvés et qui mériteraient d’être suivis par Magellan.
Pour que les trous noirs deviennent si grands dans l’univers primitif, les astronomes spéculent qu’il doit y avoir des conditions spéciales pour permettre une croissance rapide – mais la raison sous-jacente reste mystérieuse.
Le trou noir nouvellement découvert est un matériau dévorant voracement au centre d’une galaxie – un phénomène appelé un quasar. Ce quasar est particulièrement intéressant car il vient d’une époque où l’univers commençait tout juste à émerger de ses âges sombres. La découverte fournira des informations fondamentales sur l’univers alors qu’il ne représentait que 5% de son âge actuel.
« Les quasars sont parmi les objets célestes les plus brillants et les plus lointains et sont cruciaux pour comprendre l’univers primitif », a déclaré le co-auteur Bram Venemans de l’Institut Max Planck d’astronomie en Allemagne.
L’univers a commencé dans une soupe chaude de particules qui s’est rapidement écartée dans une période appelée inflation. Environ 400 000 ans après le Big Bang, ces particules se sont refroidies et ont fusionné en gaz d’hydrogène neutre. Mais l’univers est resté sombre, sans sources lumineuses, jusqu’à ce que la gravité ait condensé la matière dans les premières étoiles et galaxies. L’énergie libérée par ces galaxies antiques a provoqué l’excitation et l’ionisation de l’hydrogène neutre, ou la perte d’un électron. Le gaz est resté dans cet état depuis ce temps. Une fois que l’univers a été réionisé, les photons pouvaient voyager librement dans l’espace. C’est le point où l’univers est devenu transparent à la lumière.
Une grande partie de l’hydrogène entourant le quasar nouvellement découvert est neutre. Cela signifie que le quasar n’est pas seulement le plus lointain – c’est aussi le seul exemple que nous puissions voir avant que l’univers ne soit réionisé.
« C’était la dernière grande transition de l’univers et l’une des frontières actuelles de l’astrophysique », a déclaré M. Bañados.
La distance du quasar est déterminée par ce que l’on appelle son redshift, une mesure de combien la longueur d’onde de sa lumière est étirée par l’expansion de l’univers avant d’atteindre la Terre. Plus le décalage vers le rouge est élevé, plus la distance est grande, et les astronomes plus lointains regardent dans le temps lorsqu’ils observent l’objet. Ce quasar nouvellement découvert a un décalage vers le rouge de 7,54, basé sur la détection des émissions de carbone ionisé de la galaxie qui héberge le trou noir massif. Cela signifie qu’il a fallu plus de 13 milliards d’années pour que la lumière du quasar nous atteigne.
Les scientifiques prédisent que le ciel contient entre 20 et 100 quasars aussi brillants et aussi éloignés que ce quasar. Les astronomes attendent avec impatience la mission Euclid de l’Agence spatiale européenne, qui a une participation significative de la NASA, et la mission WFIRST (Wide-field Infrared Survey Telescope) de la NASA, pour trouver plus d’objets éloignés.
«Avec la construction de plusieurs installations de nouvelle génération, encore plus sensibles, nous pouvons nous attendre à de nombreuses découvertes passionnantes au tout début de l’univers dans les années à venir», a déclaré M. Stern.

Dawn explore l’évolution de l’intérieur de Cérès

Les caractéristiques de surface sur Cérès – le plus grand monde entre Mars et Jupiter – et son évolution intérieure ont une relation plus étroite qu’on ne pourrait le penser.

Une étude récente, publiée dans Geophysical Research Letters, a analysé les caractéristiques de surface de Cérès pour révéler des indices sur l’évolution de l’intérieur de la planète naine. Plus précisément, l’étude a exploré les caractéristiques linéaires – les chaînes de fossés et les petits cratères secondaires communs sur Cérès.

Les résultats s’accordent avec l’idée que, il y a des centaines de millions d’années (jusqu’à un milliard d’années), les matériaux sous la surface de Cérès poussaient vers l’extérieur, en créant des fractures dans la croûte.

« Alors que ce matériau remontait sous la surface de Cérès, des parties de la couche externe de Cérès ont été séparées, en formant les fractures », a déclaré Jennifer Scully, auteur principal et associé de l’équipe scientifique Dawn au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena en Californie.

L’indication du matériau surgissant de la surface de Cérès permet d’établir une autre perspective sur la façon dont la planète naine a pu évoluer.

À la recherche d’une aiguille dans une botte de foin

Les scientifiques de Dawn ont généré une carte de plus de 2 000 entités linéaires sur Cérès, d’une longueur supérieure à 0,6 mile (un kilomètre), situées à l’extérieur des cratères d’impact. Les scientifiques ont interprété les observations de Dawn sur deux types de traits linéaires pour mieux comprendre leur lien avec le matériau éjecté. Les chaînes de cratères secondaires, la plus commune des caractéristiques linéaires, sont de longues chaînes de dépressions circulaires créées par des fragments jetés hors des grands cratères d’impact lorsqu’ils se sont formés sur Cérès. Les chaînes de fossés, d’autre part, sont des expressions de surface des fractures souterraines.

Parmi les deux caractéristiques, seules les chaînes de puits donnent un aperçu de l’évolution de l’intérieur de Cérès. Scully a déclaré que le plus grand défi de l’étude était la différenciation entre les chaînes de cratères secondaires et les chaînes de puits. Bien que les caractéristiques soient remarquablement similaires, les chercheurs ont pu les distinguer en fonction de leurs formes détaillées. Par exemple, les cratères secondaires sont relativement plus arrondis que les chaînes de fossés, qui sont plus irrégulières. De plus, les chaînes de puits n’ont pas de rebords surélevés, alors qu’il y a généralement une jante autour des cratères secondaires.

Comment les caractéristiques ont-elles été formées ?

Bien qu’il soit possible que le gel d’un océan souterrain global ait formé les fractures, ce scénario est peu probable, car les emplacements des chaînes de puits ne sont pas uniformément dispersés à la surface de Cérès. Il est également peu probable que les fractures formées par les contraintes proviennent d’un impact important car il n’y a aucune preuve sur Cérès d’impacts suffisamment importants pour générer des fractures de cette ampleur. L’explication la plus probable, selon les scientifiques de Dawn, est qu’une région de matériel éjecté a formé les chaînes de puits. Le matériau peut être remonté de l’intérieur de Cérès parce qu’il est moins dense que les matériaux environnants.

Les scientifiques de Dawn ont hâte de voir comment ces caractéristiques aideront d’autres chercheurs à modéliser l’évolution de l’intérieur de Cérès, ce qui permet de vérifier si des remontées d’eau ont pu se produire près des fractures.

Traduit par Bernard Candela à partir de JPL News