Article mis en avant

Ouverture de l’observatoire

Toute l’année:

 Tous les mercredis et samedis
de 15 h 00 à 18 h 00

Soirée observation réservée pour les membres : tous les vendredis de 21h00 à 24h00

Article mis en avant

PROCHAINES SOIREES PUBLIQUES

LE 8 JUILLET à partir de 21 h 00

Adultes : 4 € – Enfants (-12 ans) 2,50 €

Le 29 JUILLET à partir de 21 h 00

(sur réservation : 06 50 72 80 06)

Adultes : 4 € – Enfants (-12 ans) 2,50 €

voila l été

Aprés avoir observé jupiter et ses satellites parfois entre les nuages voila qui ?
SATURNE
La planète est observable pendant toute la période printemps-été, et ses anneaux se présentent parfaitement pour l’observation au télescope.Tous les ans, une période favorable de plusieurs mois permet d’admirer Saturne. Cette période est centrée sur le moment de l’opposition, qui est le moment où Saturne est à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre. C’est également le moment où la planète se trouve quasiment au plus près de la Terre. A ce moment, la planète est visible toute la nuit et atteint son point le plus haut dans le ciel en milieu de nuit.
Comment la repérer ?
ben au club,et plus tard par vos propes moyens!!!
Saturne a l’apparence d’une étoile relativement brillante, mais on peut la confondre avec d’autres étoiles comme ANTARES si on ne l’a pas d’abord repérée sur une carte du ciel. En 2017, elle se trouve dans la constellation d’Ophiuchus, près du Sagittaire et du Scorpion.Vous pouvez vérifier à tout moment sa position exacte avec une carte du ciel.Saturne apparaît parfois assez brillante pour se détacher des lumières du crépuscule, même si son éclat est loin d’égaler celui de Vénus,Saturne est un spectacle étonnant au télescope ou à la lunette astronomique. Avec une modeste lunette grossissant 40 fois, on peut déjà distinguer les anneaux ! Ces anneaux faits de roche et de glace entourent le disque de Saturne. En fait, on parle d’anneaux (au pluriel), mais il faut un instrument plus puissant et bien réglé (au moins 200 mm de diamètre et 100 fois de grossissement) pour percevoir la célèbre division de Cassini qui marque la principale séparation entre les anneaux. On distingue en fait trois zones, dites anneaux A,B,et C: l’anneau A est le plus externe, l’anneau B est plus clair et plus proche de la planète, tandis que l’anneau C est encore plus proche de la planète mais il est très sombre et difficile à déceler.La planète est striée de bandes nuageuses qui sont parfois visibles(faut pas être pressé) sur le disque.Les anneaux de Saturne sont inclinés de 27° par rapport au plan de l’écliptique (la trajectoire de Saturne et de la Terre autour du Soleil). Conséquence: selon les années, l’inclinaison des anneaux vus de la Terre varie: on dit qu’ils sont plus ou moins ouverts, c’est-à-dire qu’à certains moments ils sont vus quasiment par la tranche alors qu’à d’autres moments ils se présentent suivant un angle qui les rendent très bien visibles. L’ensemble suit un cycle de 30 ans environ (la période de révolution de la Saturne autour du Soleil), pendant laquelle les anneaux montrent tantôt une face, tantôt l’autre, dans un mouvement d’oscillation.En 2017 la visibilité est des anneaux est particulièrement excellente puisque les anneaux sont ouverts au maximum, à 27 degrés ! L’angle des anneaux va ensuite diminuer d’année en année, de sorte qu’ils vont sembler avoir disparu en 2025…et il faudra attendre l’année 2032 pour retrouver l’angle d’ouverture maximal.Saturne compte en fait de très nombreux satellites: plus de 60. Certains ont été découverts très récemment par la sonde Cassini. Forcément moins brillants que ceux de Jupiter vus de la Terre (Saturne est 2 fois plus loin de la Terre que ne l’est Jupiter), les plus gros satellites sont observables avec un télescope d’amateur, en nombre variable selon la puissance de l’instrument.

bientôt l’été

L’été arrive avec le fameux Triangle d’été, la figure emblématique de la saison. Il est formé de VÉGA (de la Lyre), DENEB (du Cygne) et ALTAÏR (de l’Aigle), que vous pouvez apprendre à repérer. Véga est la plus brillante et la plus haute, la première des trois à se lever au nord-est. Elle est accompagnée du petit losange caractéristique de la Lyre, lequel permet de la reconnaître sans ambiguïté. Si vous pointez l’étoile avec des jumelles, vous découvrirez à ses côtés une jolie curiosité, l’étoile double Epsilon et dommage pour la comète 41p que nous avons loupée. Si vous jouissez d’une bonne vue et d’un ciel bien noir il vous est même possible de distinguer la paire à l’œil nu (sans les lumieres du pont, du casino et du reste). Deneb se lève ensuite plus bas à gauche de Véga et marque le sommet de l’immense croix sur laquelle les astronomes ont dessiné un cygne en plein vol. (Les deux figures sont d’ailleurs inversées haut-bas, la tête du cygne représentant le pied de la croix en la personne de la magnifique étoile double Albiréo.) Enfin à droite Altaïr ferme le Triangle d’été. C’est l’étoile principale de la constellation de l’Aigle. En contemplant ces trois étoiles brillantes, il est intéressant de savoir pourquoi elles sont si lumineuses. Pour Véga et Altaïr la raison principale est leur relative proximité, les astres étant situés respectivement à 25 et 17 années lumière, une bagatelle à l’échelle du monde des étoiles. Mais l’explication ne vaut pas pour Deneb, qui est une centaine de fois plus lointaine, à deux ou trois mille années  lumière. Si Deneb est si brillante à nos yeux c’est qu’elle est intrinsèquement plus brillante que Véga.

dernières nouvelles

La sonde Juno dévoile des images spectaculaires des pôles de Jupiter

De Jupiter, on était surtout familier de la Grande tache rouge, cet anticyclone aussi grand que la Terre. Mais les dernières images de la sonde Juno dévoilent la planète sous un jour et un angle nouveaux : elle a pour la première fois photographié les pôles de la géante gazeuse. On avait déjà eu du teasing il y a deux semaines, mais la Nasa a dévoilé, jeudi, des clichés capturés à seulement 5.000 km de distance des couches supérieures de son atmosphère.

Alors que la planète est principalement orangée, le bleu domine aux pôles, avec des ouragans de 1.400 km de diamètre, sans doute composé d’ammoniac condensé.

Un champ magnétique 10 fois supérieur à celui de la Terre

Une analyse du champ magnétique de Jupiter a aussi révélé qu’il était beaucoup plus intense proche de la planète que ce que les modèles mathématiques prévoyaient. Il est environ dix fois plus puissant que le champ magnétique terrestre.

Au-dessus des pôles, Juno a détecté des jets d’électrons provenant des vents solaires qui arrosent la haute atmosphère de Jupiter et pourraient alimenter les énormes aurores boréales observées par les caméras de la sonde en infrarouge.

Le mystère du noyau reste entier

Juno a également mesuré le champ gravitationnel jovien pour déterminer si la planète avait un noyau solide comme certains modèles le prédisent. Les résultats « ne sont pas clairs », indiquant qu’il ne s’agit apparemment pas d’un petit noyau solide, sans pouvoir vraiment en définir la nature. Au contraire, selon Scott Bolton, responsable scientifique de la mission, le noyau pourrait être partiellement dissous et nettement plus grand que les prédictions des scientifiques.

Lancée le 5 août 2011, Juno, s’est mise en orbite autour de Jupiter le 4 juillet 2016. La sonde est passée le 27 août au plus près de la planète, à 4.200 km au-dessus de l’épaisse couche nuageuse.Juno, une mission de 1,1 milliard de dollars doit rester une vingtaine de mois autour de Jupiter dont elle doit effectuer 37 survols, pour la plupart entre 10.000 et 4.667 kilomètres au-dessus des nuages.

Préparez-vous à voir une nouvelle étoile dans le ciel en 2022.

Enfin pas si nouvelle…
En réalité, la luminosité de KIC 9832227 va considérablement augmenter quand les étoiles du couple vont se percuter.
Si bien que nous pourrons l’observer à l’œil nu, et très facilement dans l’hémisphère nord.
selon une équipe d’astronomes qui s’est intéressée à cette étoile binaire de la constellation du Cygne.

D’après les prévisions de Larry Molnar et son équipe,
les Terriens pourront voir à l’œil nu en 2022 un point brillant rouge surgir dans la voûte céleste,
au sein de la constellation du Cygne.
Une étoile nouvelle ? Pas vraiment, même si le terme qui les désigne est nova. Une supernova ?
Non plus. Le phénomène à l’origine de l’explosion que nous verrons sera différent. Il s’agira d’une « nova rouge lumineuse ».
C’est une étoile binaire qui est responsable de l’événement. KIC 9832227, c’est son nom, est ce qui s’appelle une binaire de contact,
cela signifie que l’atmosphère des deux étoiles du couple se touchent.
Elles ont entamé il y a longtemps une valse qui les conduit dans les bras l’une de l’autre.
Et à présent, tout indique qu’elles se rapprochent dangereusement,
comme le suggère leur période orbitale de plus en plus courte mesurée ces dernières années.
La danse s’accélère…
D’après les calculs du professeur du Calvin College, leur étreinte totale et définitive, absolument fusionnelle, semble imminente.
C’est pour dans cinq ans.
Vu de la Terre car en réalité, comme le couple se situe à 1.800 années-lumière de nous, l’évènement s’est produit…
il y a environ 1.795 années ! On est inévitablement en retard.Position de KIC 9832227 dans la constellation du Cygne, très haute en été dans le ciel de l’hémisphère nord.
Elle est bien reconnaissable avec ses trois étoiles alignées surmontées de Deneb, très brillante et qui fait partie du « triangle d’été ».
Dans l’hémisphère sud, le Cygne est visible en hiver (et à l’envers par rapport à cette image), assez bas dans le ciel. © Calvin College

Mais cela ne concerne pas que les initiés.
« Le projet est important non seulement pour ses résultats scientifiques,
mais aussi parce qu’il est susceptible de capter l’imagination des gens dans la rue,
a déclaré Matt Walhout, doyen à la Recherche au Calvin College.
Si la prédiction est correcte, alors pour la première fois dans l’histoire, les parents pourront pointer vers une tache sombre dans le ciel et dire :
« Regardez, les enfants, il y a une étoile qui se cache là et qui va bientôt s’allumer ! » ».
Bonne nouvelle : la constellation du Cygne (aussi surnommée la Croix du Nord), traversée par la Voie lactée, est visible une grande partie de l’année dans l’hémisphère nord.
En début de nuit, de la fin du printemps jusqu’à la fin de l’automne.
Nous avons donc de grandes chances de ne rien manquer du spectacle.

Par Xavier Demeersman,

une petite vidéo de l’occultation d aldébaran en accéléré 14 minutes

 

 

W Orionis, étoiles carbonée, la première du genre à être trouvée, brille comme un petit bijou dans le ciel sombre à sept degrés à l’ouest de la ceinture d’Orion. Avec une luminosité qui pourrait être supérieure à 20.000 soleils, l’étoile, plus grande que l’orbite de la Terre, n’a pas longtemps à vivre avant de devenir, après refroidissement, une naine blanche dense. W Orionis a atteint sa coloration maximale.
La Lune occulte l’étoile Aldébaran le 5 de 23 heures 30 à 0 heures 07. La Lune toujours, s’éclipse subtilement le 11.
Jupiter et la Lune sont en conjonction non loin de Spica le 15. Un fin croissant de Lune s’approche de Saturne le 21.
Le soleil s’éclipse le 26.
Et Mars et Uranus passent à un demi-degré l’un de l’autre le 27.